contenu de la page
INTERVIEW CLIENT

INTERVIEW CLIENT : Fabrice Jouaud, Gérant des Déboucheurs de l’impossible

By 28 avril 2020 No Comments

Il s’occupe de vos problèmes de canalisation et intervient dès qu’un bouchon apparaît.

WC, éviers, baignoires, douches sont le quotidien de Fabrice Jouaud, gérant des Déboucheurs de l’impossible dans le Grand-Est.

Proches de nos clients, nous lui avons demandé quel impact le confinement avait eu sur son entreprise.

Comment vivez-vous le confinement ?

Je le vis plutôt bien. Le confinement ne change pas grand chose pour moi. Il y a juste moins de monde sur la route, ce qui rend mes trajets plus agréables et moins longs pour intervenir chez mes clients.

Avez-vous changé votre manière de travailler ?

Non pas vraiment. Vous savez, je porte toujours des gants lors de mes interventions. C’est un peu une obligation dans mon métier. Je n’ai pas changé mes habitudes, j’y fais juste plus attention. Par exemple, je respecte une distance de sécurité, je demande parfois à mes clients de s’éloigner et je ne les laisse plus signer sur mon application téléphonique, je le fais moi-même devant eux.

Comment vos clients réagissent-ils lors de vos interventions ?

Quand j’arrive, tous les gens sont contents, parce que je suis comme le messie et parce qu’ils vont pouvoir retourner aux toilettes et prendre une douche ! (rires).
Sur toutes mes interventions, je n’ai eu qu’une seule famille avec des masques et qui est restée éloignée à 4 ou 5 mètres de moi. Mais sinon, je suis toujours bien accueilli. Des fois je suis même obligé de leur dire de ne pas s’approcher et de garder les enfants à distance. Beaucoup de gens vivent normalement et je n’ai pas encore vu de personnes contaminées en ma présence.

Quel impact a le confinement sur votre activité ?

Il y a évidemment un peu de changement : j’ai moins d’interventions qu’avant. Comme les gens sont confinés, ils ont le temps, alors ils cherchent eux mêmes des solutions avant de m’appeler. Quelquefois ils trouvent mais bien souvent, je dois intervenir. Il y en a même qui préfère attendre la fin du confinement pour déboucher leurs canalisations, en pensant que ce n’est pas trop grave. La conséquence est que j’ai une baisse d’activité et une perte d’environ 20% de C.A. sur un mois. Peut-être qu’il y a aussi des personnes qui pensent qu’on ne travaille pas.

Quels sont les moyens que vous utilisez pour communiquer ?

En général, les gens m’appellent pour savoir si je continue ou non mon activité. C’est vrai que je n’ai rien fait de particulier pour communiquer pendant le confinement. Comme je continue toujours à intervenir et qu’il n’y a pas de grands changements pour moi, ça ne m’est pas venu à l’idée.

Mais je peux tout de même compter sur le bouche à oreille, le fait que je fasse partie d’une franchise,  et surtout, mon site internet et les campagnes de référencement que je fais chez vous me permettent d’avoir de nouveaux contacts.

Par exemple, si vous tapez “débouchage canalisations sur Bar-le-Duc ou Nancy”, je suis en première ligne sur Google. Donc ceux qui me connaissent m’appellent, et les autres me trouvent sur internet.

Est-ce que vous vous sentez soutenu par l’Etat ?

Non pas du tout. Comme je ne suis pas à moins de 50% de C.A., je n’ai le droit à rien. D’ailleurs je suis même pénalisé parce que je vais travailler pour payer mes charges.

Est-ce que vous êtes confiant pour l’avenir ?

Je ne crois pas que cela changera grand chose pour moi. Les gens continueront de m’appeler petit-à-petit. Je devrais donc avoir un peu plus d’appels. Puis, les choses reprendront normalement. Moi je suis dans une activité où les gens auront toujours besoin de moi puisqu’il iront toujours aux toilettes et je serai là pour déboucher leurs canalisations. Je suis confiant, ça va bien se passer quand les gens reprendront le travail et que les enfants iront à l’école. L’activité va reprendre. Les gens n’ont pas le choix.

Avez-vous des conseils à donner à vos clients ?

Je donne toujours des conseils à mes clients selon leur problématique. Par exemple, je suis récemment allé chez des clients avec des canalisations bouchées. Ils avaient un noisetier dans leur jardin au-dessus de leurs canalisations. Je leur ai recommandé de le couper. Je donne des conseils pour que mes clients ne reproduisent pas les mêmes erreurs.

Une dernière question : que pensez-vous des lingettes ?

Je pense que les gens doivent continuer d’en acheter et à les utiliser, cela me donne du travail (rires).
Non plus sérieusement, c’est un véritable fléau parce que cela ne se décompose pas. Il m’est déjà arrivé de retirer jusqu’à 50 kilos de lingettes ! Même chose pour le papier rouleau avec le carton hydrosoluble, le triple épaisseur, le sel, le vinaigre, le bicarbonate de soude, le destop… Tout ça ne fonctionne pas… surtout sur 800 mètres de canalisation.

Merci à Fabrice Jouaud d’avoir répondu à nos questions.
En cas de problème de lingettes, c’est par ici : https://www.deboucheurs-de-limpossible.fr/
Comme Fabrice, faites confiance à un professionnel pour votre communication !
référencement google
Call Now ButtonNOUS APPELER